La fraise, toute une histoire !

17 juillet 2019 Non classé

Chaque année au printemps, les fraises reviennent enchanter nos assiettes avec leur rouge chatoyant et leurs saveurs acidulées.

Ironie botanique 😏

La fraise n’est pas le fruit du fraisier ! Les véritables fruits, sont les minuscules graines à la surface de la fraise ; les akènes ; qui croque sous la dent. Ce que nous appelons fraise n’est que le réceptacle hypertrophié de la fleur. Son nom botanique « fragoria vesca » représente les qualités de ce fruit puisque « fragoria » signifie odorant et « vesca » signifie comestible.

 

La fraise à travers les âges 🤓

A la préhistoire, la fraise pousse à l’état sauvage dans de nombreuses régions du monde : Europe, Asie mais aussi tout le long de la côte américaine coté Pacifique, de l’Alaska au Chili.

Durant l’antiquité, les romains savourent les fraises des bois, mais ne la cultivent pas. Ils les utilisent dans leurs produits de beauté en raison de leur odeur agréable : ils font des masques pour le visage afin de conserver l’éclat et le velouté de la peau.

Les premières preuves de culture du fraisier apparaissent au 14ème siècle : en 1368, 12000 pieds sont plantés dans les jardins du Louvre.  Sa culture prend réellement une forme commerciale à compter du XVème siècle.

En 1661, Jean-Baptiste de La Quintinie entre au service du Roi Soleil en tant que “Directeur de tous les jardins fruitiers et potagers du Roi”, à Versailles. Il doit alors pourvoir aux désirs de Louis XIV qui, en grand amateur de fraises, tient à s’en faire servir dès le mois de mars…

La fraise, telle que nous la connaissons, est le résultat de croisements de fraises sauvages des Amériques. En 1714, l’officier du Génie maritime Amédée-François Frézier revient d’une mission d’espionnage des ports espagnols au Chili et au Pérou pour le Roi soleil. Passionné de botanique, il a repéré des fraisiers à gros fruits blancs que l’on cultive au Chili (Fragaria chiloensis). Frézier en rapporte 5 plants stériles dont 2 qu’il confie à Antoine de Jussieu pour le Jardin royal.

Quelques plantations sont envoyées en Bretagne au jardin botanique de Brest et trouvent dans ce climat océanique, proche de celui de leur biotope d’origine, un milieu favorable à leur culture.

En 1740, le botaniste Antoine Nicolas Duchesne observe que de beaux fruits sont obtenus lorsqu’un fraisier du Chili est cultivé près d’un fraisier de Virginie (Fragaria virginiana). C’est de cet hybride issu d’un croisement spontané que provient l’essentiel des variétés de fraises à gros « fruits » que l’on cultive désormais.

Aujourd’hui, les fraises sont produites dans de nombreuses régions françaises : Sud-Ouest, Sud-Est, Vallée du Rhône, Val-de-Loire, Bretagne… Seule une région possède une indication géographique protégée, la fraise du Périgord. D’autres ont un label rouge, comme les fraises d’Aquitaine et du Lot-et-Garonne. Toutefois, les États-Unis et l’Espagne restent les plus gros producteurs mondiaux.

Présentes sur les marchés du début du printemps jusqu’à la fin de l’été, les fraises connaissent leur pleine saison en juin. Il en existe plus de 600 variétés! Parmi elles, citons :

  • La Guariguette et la Ciflorette (sucrées et acidulées),
  • La Cléry et la Darselect (sucrée)
  • La Charlotte et la Maras des bois (reconnaissables à leur parfum des bois).

Chez Brison, nous nous fournissons chez Burban Producteur, un cultivateur local de fraises : plus de 300 000 plants de fraisiers par an sur 7 hectares.

 

Les fraises en cuisine 🍰

Mmmh, la fraise ; croquer dans ce fruit est si régressif.

Nature, avec de la chantilly, tartelette ou crumble, bavarois ou charlotte… Il y a mille façons de les déguster ! Vous pouvez même surprendre vos papilles en introduisant la fraise dans une entrée comme un gaspacho à la fraise et à la tomate.

Chez Brison, nos pâtissiers mettent la fraise à l’honneur avec le classique Fraisier, mais aussi avec une création originale : la tarte Tout à la fraise à découvrir de toute urgence !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté conservation, les fraises sont fragiles et donc à consommer dès leur achat. Maintenez-les, dans leur barquette perforée et dans le bac à légumes du réfrigérateur, au maximum 3 jours si elles ne sont pas très mûres. Elles se prêtent mal à la congélation, aussi, si vous en avez beaucoup, faites-en plutôt des confitures ou des coulis.

 

Symbole d’été, la fraise a de nombreux atouts pour la santé 🧘‍♀️

  • Peu calorique (seulement 35 kcal/100 g)
  • Rafraîchissante (elle est composée à 90 % d’eau)
  • Riche en vitamines C et minéraux (potassium, fer, magnésium)

Ses bienfaits insoupçonnés :

#Protège les yeux (propriétés antioxydantes pour lutter contre la cataracte)

#Prévient le cancer (association de la vitamine C et l’acide ellagique)

#Antiride naturel (présence de vitamine C)

#Lutte contre le mauvais cholestérol et l’hypertension (présence de flavonoïdes et potassium) 

 

Petites anecdotes ☝️

Amédée François Frézier : son nom provenait déjà du fraisier, car en 916, un de ces ancêtres, Julius de Berry, avait été anobli à Anvers par l’Empereur pour un beau plat de fraise offert à la fin du banquet et son nom changé en fraise.

Selon les écrits d’Albert le Grand pour se promener tranquillement dans un endroit « à serpents », il faut se munir de feuilles de fraisier, car aussitôt qu’un serpent sent ces feuilles, il prend la fuite.

En Norvège, il est conseillé aux femmes enceintes de porter sur elles des feuilles de fraisiers. Elles protègeront son bébé et la soulageront des douleurs de l’accouchement.

Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Pinterest